07/10/2009

Fallait-il publier le brûlot raciste de l'UDC?

Je ne suis favorable à l'interdiction de la diffusion d'opinions franchement racistes et haineuses qu'en dernier recours. Mais cela n'implique pas pour autant qu'il faille adopter une attitude de laisser faire. Au contraire, tout doit être mis en oeuvre pour les combattre, les isoler et les marginaliser, ne serait-ce que parce qu'elles blessent les personnes ciblées et peuvent même inciter certains individus racistes à des comportements violents... 
Par exemple, il me paraît juste de refuser d'exposer cette propagande sur des supports qui dépendent directement des pouvoirs publics. Il me semble donc légitime qu'une commune ou un canton n'accepte pas le collage d'une affiche raciste sur des panneaux réservés. Le même raisonnement vaut pour des entreprises subventionnées, comme les TPG, etc.
A Bâle, les autorités ont ainsi refusé l'affiche des partisans de l'initiative anti-minarets, qu'ils devront apposer sur des emplacement privés nettement plus chers. Tant mieux! Les contribuables bâlois n'ont pas à subventionner une campagne raciste. J'espère que Genève et Lausanne en feront de même! Il faudra pourtant continuer à dénoncer cette affiche et, qui sait, certains d'entre nous ne résisteront pas à l'envie de la caviarder...
Dans ce sens, la rédaction d'un quotidien attaché aux valeurs démocratiques devrait aussi, me semble-t-il, refuser d'ouvrir ses colonnes, même contre paiement, à une propagande nauséabonde, comme celle publiée par l'UDC contre la soi-disant "racaille d'Annemasse". Dans cette affaire, la décision du rédacteur-en-chef de la TdG me paraît donc indéfendable. Les abonnés et les lecteurs de la TdG ne veulent pas manger de ce pain-là, et ils-elles sont nombreux aujourd'hui à le faire savoir haut et fort.
Le fait qu'une collectivité publique, une grande régie, un quotidien, etc. refusent de prêter la main à une campagne raciste visant directement, respectivement une partie de ses habitants, de ses travailleurs ou lecteurs... en fonction de la couleur de leur peau, de leur religion, de leur orientation sexuelle, me paraît tout à fait légitime: il témoigne seulement de l'engagement quotidien que l'on est en droit d'attendre d'eux pour la défense des droits humains.

13:44 Publié dans Genève | Tags : racisme, frontaliers, udc | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

très bonne note cher Monsieur Batou....demain, nous creions notre ras-le-bol de ce racisme institutionnel...qui gangrène notre canton et toute la Suisse...

bien à vous...

Écrit par : MUR | 07/10/2009

Votre point de vue est intéressant. Il recoupe ce que je viens de lire ici:

http://www.lesdissidentsdegeneve.ch

A lire absolument !

Écrit par : Paul-Henri Bernheim | 07/10/2009

On peut reprocher a l'encart UDC d'être eventuellement insultant ou diffamatoire pour les Annemassiens, on peut juger le melange CEVA-criminalité stupide, on peut le trouver negatif et dommageable pour la cohesion regionale etc...

Mais comment diable peut on parler de racisme ? Racisme contre qui ???

Quel race a été stigmatisé ici, la race des Annemassiens ou la race des racailles ?

Le vrai racisme est grave et inadmissible, malheureusement a force de l'utiliser pour tout et n'importe quoi, ce sont des gens comme vous qui vide ce terme de son sens. Je ne serait même pas étonné qu'a force d'abus de langage les gamins finissent par dire dans les cours d'ecole "être raciste c'est être contre la criminalité"

ABE

Écrit par : Eastwood | 07/10/2009

Ce sont les racistes qui ont inventé l'existence des races, qui sont que des communautés imaginées pour être stigmatisées. Tout le monde sait qu'elles n'existent pas dans la réalité! Malheureusement, les fantasmes des racistes sont sans limites. Un exemple: On peut difficilement nier que l'antisémitisme soit une forme de racisme... et pourtant la "race juive" n'existe pas. pas plus que la race noire, ou la race jaune, d'ailleurs... Pas plus que la race des criminels que croyait avoir découvert Cesare Lombroso au milieu du 19e siècle. A vouloir réserver le racisme à la stigmatisation d'une "race" vraie, vous devenez sans vous en rendre compte la victime des mirages de vos adversaires. Est-ce si difficile à comprendre?

Écrit par : Jean Batou | 07/10/2009

Jean Batou,

La frontiere de ce qui definit une race est peut-être floue, mais quand même pas sans limite. A ecouter vos explications on pourrait considerer que n'importe quel insulte releve du racisme puique elle s'adresse forcement a une cible definissable. Qualifier la Suisse de paradis fiscal ou les USA d'imperialistes serait aussi du racisme ?

Bon serieusement pour revenir a l'encart UDC: Puisque racisme il y aurait, selon vous quel "race" serait la cible des attaques de l'UDC ?

CE

Écrit par : Eastwood | 07/10/2009

CE,
Une insulte a un caractère raciste lorsqu'elle vise un groupe "imaginaire" à qui l'on impute des caractéristiques dégradantes. Pour reprendre votre exemple, dire que la Suisse est totalement au service des grandes banques ne dis encore rien des Suisses. Par contre, dire que les Suisses sont des agents stipendiés de la haute finance calomnie l'ensemble des Suisses, qui sont nombreux à ne tirer aucun avantage des énormes profits bancaires, sans parler de celles et ceux qui défendent une autre politique du crédit, au service de l'ensemble de la population... Mais votre exemple est un peu tiré par les cheveux. En effet, en règle générale, le racisme vise plutôt les groupes dominés, de la "canaille" à la "racaille", que les racistes habillent volontiers de toutes les couleurs...

Écrit par : Jean batou | 07/10/2009

Oui, oui, noyons le poisson... Donc finalement, l'encart de l'udc est raciste envers qui d'après vous ?

CE

Écrit par : Eastwood | 07/10/2009

L'encart de l'UDC est évidemment raciste envers ceux qu'il désigne comme la "racaille d'Annemasse". Une façon à peine codée de traiter une partie des habitant-e-s de la cité voisine, principalement d'origine nord-africaine, bien que de nationalité souvent française. Cela permet d'ailleurs de faire le lien entre l'hystérie anti-frontaliers du MCG et l'invocation du danger "maghrébin" par Dominique Pürro, lundi soir, sur la TSR. Vous me suivez?

Écrit par : Jean Batou | 08/10/2009

Si vous voyez un lien entre la petite criminalité qu'il est parfois convenu d'appeler "la racaille" et les frontaliers venants a Geneve pour travailler, non je ne vous suis pas.

De même considerer l'encart udc comme raciste parce que "la racaille" serait majoritairement maghrebine (c'est vous qui le dites), est un peu gros. A ce moment il serait aussi raciste d'exiger des mesures contre les pick-pockets "zizous". Et ce n'est quand même pas l'UDC qui a choisi l'origine de certain type de criminel.

CE

Écrit par : Eastwood | 08/10/2009

Les commentaires sont fermés.