16/05/2011

DSK: le roi est nu

L’inculpation de Dominique Strauss-Kahn par la justice new-yorkaise pour tentative de viol avec séquestration jette une lumière crue sur les élections présidentielles françaises. Bien entendu, DSK bénéficie de la présomption d’innocence. A ce stade, nul ne peut même exclure qu’il ait été victime d’une machination. En réalité, aucun élément ne permet de se prononcer sur le fond de ce dossier. Le sondage sur sa culpabilité lancé aujourd’hui par la Tribune de Genève est ainsi de fort mauvais goût.


strauss-khan-sarkozyH400.jpgEn réalité, le « coup de tonnerre » que suscite cette affaire au cœur de la vie politique hexagonale est à la mesure de la personnalisation extrême qui entoure la course à l’Elysée. Ce rituel ne s’apparente-t-il pas au choix d’un monarque pour cinq ans ? Félix Pyat, élu à la Constituante en 1848, comme député du Cher, disait déjà : « La République dont le président est affublé du titre de Chef de l’Etat n’est pas la République, c’est la royauté ! Un président nommé par la majorité absolue des suffrages du peuple aura une force immense et presque irréversible. Une telle élection est un sacre bien autrement divin que l’huile de Reims et le sang de saint Louis. »

De surcroît, l’élection grandeur nature est aujourd’hui largement conditionnée par les instituts de sondage, qui désignent à l’avance les papables et mesurent en temps réel l’évolution de leur cote personnelle. Il y a quatre ans, Ségolène Royal avait ainsi été sacrée par les médias avec de longs mois d’avance, comme DSK l’était encore hier. Or, une fois désignés, il ne reste plus aux deux champions qu’à montrer qu’ils sauront tendre la main à l’autre camp : Royal parlant de militariser la rééducation des jeunes délinquants, tandis que Sarkozy lançait des fleurs à Jaurès, Blum et aux résistants communistes.

A ce double jeu, DSK avait une longueur d’avance, le monde patronal lui étant largement acquis. Il n’a rien d’un homme de gauche. Patron d’un FMI qui prêche l’austérité et impose au peuple grec la privatisation de ses chemins de fer, de sa poste, de son eau, de ses ports et de ses aéroports, il avait été jusqu’à soutenir Sarkozy sur le dossier des retraites. A Tunis, l’an dernier, il avait chanté les mérites du dictateur Ben Ali. Enfin, DSK baigne dans le luxe et aime à l’exhiber : de la gauche caviar, il ne lui reste guère que le caviar.

La mécanique promotionnelle bien huilée des présidentielles françaises a été victime d’un sérieux raté. D’ici peu, elle reprendra de plus belle, probablement sans DSK. Et aucun enseignement politique ne sera tiré de cet incident s’il ne conduit pas à la mise en question de la constitution de la Ve République qui institue une véritable monarchie élective. A l’heure de la peoplelisation de la politique, conduite de plus en plus par des publicitaires, ces institutions ruinent la crédibilité même des procédures démocratiques. Pour le moment, Marine Le Pen est sans doute seule à en titrer parti.

 

Commentaires

J’ai appris de bonne heure à distinguer entre comédie et tragédie.
Mais là, il s’agit d’un genre nouveau, pour nous autres français
La « Cumédie » ou l’art d’embrouiller les simples d’esprit avec une petite histoire de cul… tic… tac…tic….
Les faits… et seulement les faits… comme on dit outre atlantique. On peut mettre en effet toute interprétation de côté et écouter les paroles d’une fée… qui a le goût et le sens du devoir vite fait bien fait…
Mon client DSK, a prémédité vraisemblablement son coup. A coup sûr !
Puisqu’il a omis de mettre la petite pancarte sur la poignée de la porte : « do not disturb ». Il voulait être perturbé.
A 13 heures, chiffre porte bonheur, notre fée, sainte vierge avec un stérilet, ne prend même pas la peine de frapper à la porte, utilise son passe et pénètre sur les lieux pour un brin de remue-ménage.
Pendant ce temps, notre obsédé au quotient intellectuel surélevé l’attendait dans sa salle de bain, en retenant son souffle malgré les milliers de cigares que ses poumons ne lui pardonneront jamais. Et pendant que la fée du logis faisait son lit en fredonnant la marseillaise, le gros quotient se précipita sur elle dans la tenue d’Adam et la poussa dans le lit. Chute vertigineuse comme on peut se l’imaginer…
Et il s’est laissé tomber sur elle… et a effacé d’un trait tous nos péchés…en l’implorant : détruis-moi ! S’il te plaît ! Destroy-me please !
Mais elle l’a repoussé, s’est relevée et l’a regardé sans baisser les yeux… c’est là qu’il lui a glissé quelques bribes dont elle se souvient à peine : VA ET FAIS CE QUE TU AS A FAIRE… plus brièvement : just do it…
Elle s’envola ameuter les deux ou trois malins qui l’attendaient derrière la porte d’à côté.
Il y a comme un lien de parenté entre la guerre en Irak et une déesse qui craque.
Non, ce n’est pas un complot… c’est une compote concoctée par des potes avec des fruits interdits. Et croyez-moi, c’est à la portée de n’importe qui…

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/histoire-de-q/

Écrit par : le journal de personne | 16/05/2011

On comprends pourquoi la Suisse veut rester neutre, lorsqu'on voit l'analyse politique faite ici, on voit bien qu'ils n'y comprennent pas grand chose au grand monde de la politique. Déjà cet article n'a ni queue ni tête, il ne fait que lancer des présomptions sans justification aucune, ce qui donne un air puéril à cet article.
La référence à Félix Pyat (vieille de presque 2 siècles), un élu tout ce qu'il y a de plus commun est sénile. Ensuite dire que les sondages fondent l'opinion est un tantinet ridicule... Enfin, penser que cet accroc va remettre en cause la candidature de DSK est stupide. L'exemple des retraire est nul, on peut être de gauche et savoir compter, et avec un allongement de l’espérance de vie il devient alors logique d'augmenter d'une manière ou d'une les cotisations de retraites, ça n'est pas forcément une mesure libérale.

Au fait, réveillez-vous, ça fait plus de 30 ans que les politiques s'aident des communiquants, des publicitaires pour leur campagne (Mitterrand l'a initié en 81).

Bref, on ne comprend vraiment pas l'intérêt de cet article, qui par ailleurs est très mal écrit...

Écrit par : Tripliop | 16/05/2011

Tripliop +1

Écrit par : CEDH | 16/05/2011

La Ve république a réinstauré par le suffrage universel une sorte de monarchie dont De Gaulle "le roi Soleil" a été l'emblématique architecte du pouvoir personnel.
La gauche malgré "le coup d'état permanent" s'est fondu dans les lambris et autres dorures du palais.
DSK qui pensait qu'il suffisait qu'un hélicoptère le pose sur le toit de l'Élysée pour poursuivre dans un style à peine différent l'oeuvre de déconstruction de programme national de la Résistance.
Effectivement les médias TV- Internet accélèrent et amplifient le phénomène de "Élysée célébrités " jusqu'à la nausée, des échographies de Carla aux frasques sexuelles de DSK dont le dernier épisode semble sonner le "glas" d'une carrière en faux semblants "maire de Sarcelle et appartement place des Vosges" A tout prendre Mélenchon ronchon me parait plus crédible pour occuper en souverain trône au nom de la République. @ripliop, défense de Guy Moqué avec suffisance des Suisses ,ils savent assez bien le faire eux-mêmes comme les belges d'ailleurs.

Écrit par : briand | 16/05/2011

Les commentaires sont fermés.