10/06/2011

La droite spécule sur l'armée

Pour financer une armée plus "ambitieuse", le Conseil des Etats propose une hausse temporaire de la TVA de 0,4 à 0,5%, ainsi qu'une réduction de dépenses dans les domaines des transports (- 550 millions), de la formation et de la recherche (- 440 millions), de l’économie (- 220 millions) et de l’aide au développement (- 160 millions). Qui dit mieux?


giant-knife-1.jpgAu début de cette semaine, le Conseil national a approuvé un programme d’armement 2011 d’un montant de 430 millions, dont 180 millions pour équiper les FA/18 de nouveaux missiles guidés (en dépit de l’opposition du PSS et des Verts) et 173 millions pour le nouveau système de ponts du génie.

Parallèlement, et sur le plus long terme, le Conseil des Etats a pris position pour une armée plus forte et plus coûteuse que celle proposée par le National. Il préconise un effectif total de 100 000 hommes, au lieu de 80 000, ainsi que l’acquisition anticipée de 22 nouveaux avions de combat, à partir de 2015, plutôt que de 2022.

Pour la majorité de droite des deux chambres, l’armée n’est pas seulement une vache sacrée, c’est aujourd’hui une valeur sur laquelle ses partis spéculent. La « bulle militaire », comme la bulle financière, entraine donc son lot de sacrifices. C'est pourquoi, les sénateurs ont proposé une hausse temporaire de la TVA de 0,4 à 0,5%, de même qu'une réduction des dépenses de transport (- 550 millions), de formation et de recherche (- 440 millions), de promotion économique (- 220 millions) et d’aide au développement (- 160 millions).

Bien sûr, nous saurons vite s’il s’agit là de pure spéculation électorale pour contrer l’ascension de l’UDC dans les sondages. C’est bien possible. Mais le fait que le Conseil des Etats puisse formuler une telle proposition, alors que les assurances sociales sont attaquées de toutes parts, sans susciter un véritable scandale dans le pays, en dit long sur l’atonie de la gauche institutionnelle.

Face à de telles provocations, une bonne dose d’indignation à l’espagnole ou à la grecque ne serait pas superflue. Ensemble à gauche, préparons-là !

 

11:54 Publié dans Suisse | Tags : armée, social | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Fidèle à elle même, la droite s'oppose à toute hausse d'impôt qui peut servir à agrandir le filet de protection social de l'Etat, mais propose des hausses d'impôts pour financer l'armée.

Bande de porcs !

Écrit par : djinius | 10/06/2011

Les commentaires sont fermés.