01/11/2011

Elections nationales: un bilan plus précis

Le malheur veut que les commentaires à chaud soient ceux qui intéressent le plus le public. Or, les données disponibles sont souvent fausses, insuffisantes et extrapolées imprudemment par la presse. Il vaut donc la peine de revenir la tête froide sur les principales évolutions qui se dégagent des élections au Conseil National du 23 octobre dernier. Cet examen révèle tout de même quelques petites surprises...


femme_udc.jpgDroite populiste en difficulté ?

Globalement, l’UDC perd 8 sièges et 2,4% seulement en suffrages. Elle limite les dégâts, si l’on tient compte de la scission du PBD en cours de législature et de la poursuite de la poussée de la Lega au Tessin et du MCG à Genève, qui obtiennent 2 sièges supplémentaires. Avec ces deux formations, la droite populiste ne recule que de 1,9% au niveau national.

Certes, les milieux économiques ont sans doute voulu faire pression su l’UDC en raison de sa nouvelle initiative contre la libre circulation. Il est possible aussi que les électeurs-trices populaires aient commencé à se lasser un peu du matraquage publicitaire du parti de Blocher contre « l’immigration », qui ne cache pas toujours bien son programme violemment antisocial, même s’il faut considérer cette hypothèse avec beaucoup de prudence.

Des clones du PLR et du PDC ?

Du côté des autres partis bourgeois de gouvernement, le PLR perd 5 sièges et 2,5% des suffrages, tandis que le PDC abandonne 3 sièges et 2% des voix. Une perte en sièges équivalente à celle de l’UDC, bien que près de deux fois plus forte en suffrages. L’UDC résiste mieux, et c’est logique, à la grogne anti-gouvernementale que le PLR et le PDC.

La « nouvelle droite » se renforce nettement, avec la poussée du PBD (Parti Bourgeois-Démocratique), implanté en particulier dans les cantons de Berne, Zurich, Argovie, Thurgovie, Glaris, Grisons et Bâle-Campagne, qui obtient 9 sièges avec 5,4% des suffrages. De son côté, le Parti vert libéral obtient 12 sièges avec le même score de 5,4%. A noter que son président, Martin Bäumle, est assez proche de l’UDC en matière d’immigration.

Quand les verts paient pour deux

grune_key.jpgLe succès apparent du PSS (+ 3 sièges), dissimule mal la poursuite de son érosion (-0,9% des suffrages). Il se porte pourtant mieux que les Verts, qui perdent 5 sièges, avec un recul à peine supérieur en suffrages (-1,2%).

Ce résultat risque bien de pousser le groupe des Verts plus à droite, en raison notamment de l’échec de plusieurs élu-e-s de la gauche du parti, comme Jo Lang à Zoug, de la fin annoncée de la présidence d’Ueli Leuenberger en avril, et de la concurrence accrue des Verts libéraux. « Nous devons devenir plus pragmatiques », lance Antonio Hodgers, qui regrette la non intégration des Verts libéraux au sein des Verts suisses au moment où ils le demandaient (Tribune de Genève, 28 octobre).

Gauche de la gauche en échec

Le dernier siège de la gauche de la gauche est perdu dans le canton de Vaud et le total des voix de ses formations s’érode même légèrement, de 1,3 à 1,2% au niveau national. Dans le bloc « La Gauche », seuls comptent de façon significative les résultats de LG-solidaritéS (GE et VD), de LG-POP (VD), ainsi que de Alternative Liste à Zurich et à Schaffhouse. Ce socle est donc le même que celui d’A Gauche toute! en 2003 et en 2007. Pas de quoi pavoiser.

 

Commentaires

Et qu'en est-il de la prise en compte des résultat de 10% des listes PST/Sol à Neuchâtel et dans une moindre mesure de celles du POP au Tessin à 1,2 % et Berne avec deux liste une POP et une Alternative ?

A Genève, une liste unique comme prévu initialement et demandé par le PdT, les ind. et les Comunistes aurait au moins eu le mérite de réussir à obtenir un siège... avec le défaut de mobiliser moins de candidats sur le terrain et la probabilité d'envoyer M. Grobet ou Mme Wenger à Berne plutôt que M. Mouhanna. Qu'en pensez-vous ?

Écrit par : Olivier | 01/11/2011

"A Gauche Toute!" avait fait une liste unique avec solidaritéS, Mme Wenger et M. Grobet, en 2007, qui n'avait recueilli que 4,9% des suffrages, soit moins que les listes d'Ensemble à Gauche cette année... Le problème est donc ailleurs. J'y reviendrai dans un prochain commentaire, en montrant que le résultat de Neuchâtel n'est pas généralisable.

Écrit par : Jean Batou | 01/11/2011

Les commentaires sont fermés.