PANDÉMIES, MESURES SANITAIRES ET LIBÉRALISME ÉCONOMIQUE: LA SUISSE DONNE LE PLUS MAUVAIS EXEMPLE

Cholera.png

Au cours de ces 4 derniers jours, du 19 au 23 mars, la Suisse a été le pays au monde qui a connu la plus forte augmentation du nombre de morts de COVID-19 (+228%), suivie par les USA (+215%), le Royaume-Uni (+179%), la France (+178%), l'Espagne (+175%), l'Allemagne (+164%), la Hollande (+134%), l'Italie (+84%), la Corée du Sud (+22%) et la Chine (+1%).

Les chiffres absolus très élevés de l'Italie et de l'Espagne, cachent une progression beaucoup plus rapide du nombre de morts dans les autres pays, dont la Suisse, les États-Unis et le Royaume-Uni ont désormais pris la tête. Ce sont aussi les États les plus libéraux économiquement, où le gouvernement central a hésité le plus longtemps et hésite toujours à prendre des mesures radicales par peur de nuire aux "milieux économiques".

Dans les années 1830-1840, les scientifiques qui défendaient le caractère contagieux (transmis de personne à personne) des maladies comme la peste ou le choléra, étaient contrés par le consensus majoritaire des experts britanniques et français, qui estimaient que ces maladies étaient transmises par des qualités propres à l'air ou à l'eau, par des miasmes. Ils étaient alors soutenus par les milieux libéraux, qui s'opposaient à toute idée de mise en quarantaine des navires marchands. La vérité scientifique a fini, on le sait, par triompher, mais à quel prix en souffrances humaines...

Aujourd'hui, les mêmes milieux récidivent, jusqu’en Italie, où malgré 5500 morts à ce jour, le gouvernement est revenu sur sa décision de samedi soir de fermer toutes les activités non indispensables, sous la pression des milieux industriels. Alors que la Suisse voit exploser le nombre de décès dus à de COVID-19, exigeons maintenant des autorités fédérales et cantonales la fermeture de toutes les activités non indispensables. Il n'y a pas une minute à perdre. Il en va de la vie de centaines de personnes !

Commentaires

  • Bon, on ne veut pas mettre en standby les entreprises pour sauver quelques centaines ou quelques milliers (dizaines de milliers?) de personne au systeme immunitaire affaibli (retraités et malades chroniques). C`est moche éthiquement mais peut se justifier économiquement. Ce qui m`échappe c`est la raison pour laquelle au-moins les personnes a risque (retraités et malades inactifs économiquement) ne sont pas obligatoirement mises en quarantaine pour leur protection le temps qu`un traitement efficace soit disponible.

  • Votre logique, Jean Jarogh, inspirée des conditions de vie sur le radeau de la Méduse (les plus forts ou les plus malins mangent les autres) est bien celle des intérêts économiques dominants et des politiciens qui les servent. Celle que dénonce Jean Batou. La multiplication, un peu partout, elle est bien documentée aux États-Unis, des délits d'initiés où l'on a pu voir de riches notables profiter des informations qu'ils ont eues grâce à leur pouvoir, tout à la fois s'en mettre plein les poches avant le Crash provoqué par l'épidémie, et nier les risques de l'une et donc de l'autre, exprime bien ce que vous préconisez : chacun pour soi et tant pis pour la société. Heureusement existent de nombreux mouvements qui, à l'instar d'Ensemble à gauche, des syndicats, des mouvements sociaux qui combattent la loi de la jungle.

  • @KG Lisez ce que j`ai écrit, pas ce que vous aimeriez croire que j`ai écrit. Je dis que si l`on refuse de confiner tout le monde afin de ne pas paralyser l`économie, rien n`empeche de confiner ceux qui sont potentiellement vulnérables puisque ceux-ci, en général, ne travaillent plus ou pas. Capische ?

  • Sachant ce qu`on sait maintenant, il est facile de voir la stratégie optimale: combiner l`immunisation collective et le confinement sévere. Laisser vivre ceux qui ne risquent rien du fait de leur age et état de santé afin de les laisser acquérir l`immunité tout en confinant les autres de maniere stricte. Cela nécessiterait de continuellement dépister les cas suspects dans les deux groupes pour isoler immédiatement les cas positifs. Cela nécessiterait aussi d`organiser la distribution de vivres et de médicaments a tous ceux qui sont confinés et bien évidemment de soigner au mieux tous ceux qui sont isolés car positifs. Une telle stratégie ne couterait certainement pas autant qu`un confinement général et le nombre des victimes serait néanmoins réduit au minimum.

  • Vos propos manquent de bon sens et de raisons! Vu la vitesse et la facilité de contagion, nous allons de toute façon tous finir "porteurs sains ou mourir, comme on l'a toujours fait des les millénaires précédents!

  • Vos propos manquent de bon sens et de raisons! Vu la vitesse et la facilité de contagion, nous allons de toute façon tous finir "porteurs sains ou mourir, comme on l'a toujours fait des les millénaires précédents!

  • @DD Vous parlez de quoi au juste ? En ce qui me concerne, je parle de minimiser le nombre des victimes tout en évitant d`enfermer tout le monde.

  • On fait dire aux chiffres ce que l'on souhaite ... c'est bien connu !

  • Mr Jean Jarogh est sans doute un jeune homme très dynamique, plein de bonnes idées, mais il oublie qu'un jour la page va se tourner et il fera parti de ces anciens qu'il veut enfermer pour les protéger (pour pas qu'ils dérangent les autres). Il oublie cependant que ce sont ces anciens qui lui ont permis de naître sur cette magnifique planète. Il faudra certainement à Mr Jean Jarogh quelques années encore pour acquérir de la sagesse, le temps passera et un jour il comprendra que ses propos sont juste tristes.

  • @WF Il se trouve que j`ai plus de soixante ans. Par ailleurs, concernant les populations a risque, le choix se limite entre le confinement et un haut degré de risque mortel. Confinement limité au temps que la chloroquine ou un autre médic s`avere efficace. Vous "sagesse" vous dit que les personnes a risque finissent plutot aux soins intensifs que de subir un enfermement de quelques semaines ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel