COVID-19 : la guerre des chiffres

Les nombres de morts de COVID-19 par pays sont des données assez comparables, au moins pour les États qui disposent de services sanitaires développés et de relais administratifs sérieux. Ce sont les plus robustes dont on dispose pour les pays du monde les plus touchés depuis deux semaines, qui permettent ainsi d’établir des comparaisons internationales. Mais à quoi peuvent bien servir de tels chiffres?

Epidemiology.pngTout d'abord, il faut qu'ils soient établis avec la rigueur nécessaire. Par exemple, en France, ils ne tenaient pas compte, jusqu’à récemment, des décès en EHPAD (nos EMS), de même que des morts à domicile. Ils pouvaient aussi intégrer à tort quelques personnes décédées suite à des détresses respiratoires qui n’avaient pas été testées pour COVID-19.

En Suisse, nous avons un problème supplémentaire, puisque les chiffres fédéraux sont très sensiblement inférieurs au cumul des décès annoncés par les cantons. Par ex., le 24 mars, l’OFSP comptabilisait un total de 86 décès, alors que les cantons en dénombraient en tout 134, soit 56% de plus ! Si bien que les médias et le Johns Hopkins Coronavirus Resource Center, principale plateforme de suivi international de la pandémie, sont obligés de se fier à un site privé en ligne, actualisé en permanence, qui fait un travail remarquable, grâce au financement de la chaîne du bonheur (https://www.corona-data.ch/). Un exemple stupéfiant du suivi épidémiologique insuffisant, de cette pandémie, en temps réel, de la part des autorités sanitaires fédérales.

COVID-CH.png

Mais à quoi sert-il de compter au mieux les décès liés à COVID-19 ? Dans la mesure où c’est le seul indicateur robuste dont nous disposons depuis deux semaines au moins pour les pays les plus touchés, il permet d’établir des comparaisons internationales sur la diffusion de l’épidémie, sur la pertinence des mesures de prévention adaptées ici et là, de même que sur l’efficacité des traitements administrés aux personnes hospitalisées pour des cas sévères, enfin sur la capacité de prodiguer des soins intensifs à toutes les personnes dont le pronostic vital est engagé (environ un quart des hospitalisations en France).

Ainsi, la furieuse polémique autour du protocole du prof. Raoult de Marseille – une association de chloroquine (un antipaludéen) et d’azithromycine (un antibiotique) –, dont les autorités sanitaires françaises ont contesté le bienfondé et la sécurité, tourne autour d’une question importante. Il s’agit de la possibilité de soigner plus efficacement les patients hospitalisés pour des cas graves, afin de les diriger en moins grand nombre vers les soins intensifs. Ce n’est évidemment pas une mince affaire, d’abord en termes d’économie de souffrances humaines, d’amélioration du pronostic vital des personnes sévèrement atteintes, mais aussi de la pénurie de moyens pour intuber les malades en détresse respiratoire sévère.

Enfin, il a beaucoup été débattu de la pertinence de comparer le nombre de personnes testées positivement à COVID-19 selon les pays. En réalité, ce n’est pas une information inutile pour mesurer la diffusion plus ou moins étendue des tests à l’échelle internationale. Leur utilisation massive permet en effet de confiner et de traiter les personnes touchées plus en amont. Elle bute cependant sur leur pénurie, sur leur coût élevé et sur leur taux d’erreur encore important. Depuis le 13 mars, Roche AG livre 400 000 kits par semaine d’un kit amélioré aux États-Unis, qui permet d’obtenir un résultat en 3 heures et demi. On aimerait savoir quel en est le prix, et si la Confédération a pu en obtenir en suffisance. Sinon, ne devrait-elle pas les réquisitionner pour des motifs de santé publique évidents ?

Commentaires

  • Les géants du pharma sont formidables ! L`un d`eux par exemple, dont les médicaments salvateurs contre certaines maladies mortelles sont hors de portée du commun des mortels, avait trouvé récemment génialement philanthropique de tirer au sort cent enfants nécessiteux pour les sauver de la mort par amiotropie spinale avec un de ses médicaments réservés au malades richissimes. Face a l`indignation publique, le gentil géant pharmaceutique a décidé d`annuler cette loterie abjecte, bien évidemment sans pour cela réduire le prix du médicament. A-t-il seulement compris en quoi cette sinistre loterie était moralement abjecte ?

    Selon Oncle Picsou, time is money. Les pharmas ont trouvé mieux: life is money. Vous ai-je déja dit que les géants du pharma sont formidables ?

  • Il me semble que les kits dont vous parlez, s'il sont produit par Roche le sont aux USA. Dès lors je ne comprend pas comment le CF pourrait les réquisitionner.

    Quant aux nombres de morts dus au covid-19. il devraient être comparés aux nombre de morts. Plus de 20'000 décès dus au coronavirus au niveau mondial, mais il y a plus de 54 millions de morts par an dans le monde. Et en Italie plus de 7'500 morts, certes, mais plus de 600'000 morts par an. Et en Suisse 180 morts par jour

  • A lire le dernier billet de JD Michel (http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/26/covid-et-mensonge-d-etat-en-france-305316.html), on peut se demander si le dépistage et le traitement médicamenteux (chloroquine) sont encore envisagés en France (et ailleurs?).

    Ce que proposent les médecins comme le Pr. D. Raoult est de tester tout ce qui bouge pour ensuite assommer le virus a coup de chloroquine. On peut se demander si, face a cela, le choix n`a pas été fait de faire semblant de lutter en incitant beaucoup de monde (mais évidemment pas tout le monde, c`est impossible) a se cloitrer et d`hospitaliser les cas graves sans véritable traitement médicamenteux. Se pourrait-il que la logique de cette stratégie soit de laisser se développer l`immunité chez la tres grande majorité tout en sacrifiant les autres ? Si c`est le cas, c`est évidemment inavouable officiellement et il faut donc faire semblant de lutter mais surtout ne pas dépister en masse afin d`éliminer le virus médicalement car alors l`immunité de la population ne se met pas en place. Vous avez dit perplexe ?

  • Concernant la chloroquine, je remarque que les Chinois l`avaient expérimentée sur leurs malades a Wuhan et meme s`ils ne l`ont pas combiné a l`antibiotique a la différence du Pr Raoult ils avaient exprimé un avis clairement favorable. Or, selon un article d`hier dans la presse francaise (https://www.capital.fr/economie-politique/chloroquine-lautre-essai-clinique-qui-affaiblit-lespoir-dun-traitement-miracle-1365789), les Chinois ont refait les comptes et ils disent maintenant que finalement ca ne marche pas du tout. Moi j`ai dit bizarre ? Comme c`est bizarre...

    Comme disait l`autre, "Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre, Horatio, que n'en rêve votre philosophie".

  • Bon, tout le monde en fera ce qu`il voudra, mais voila la conclusion que je tire de tout ca. Puisque, selon les experts, il n`y aura pas de vaccin testé et efficace avant environ 18 mois, il reste trois solutions a tout chef d`État qui se respecte:

    1. Confinement général en attendant Godot (le vaccin). Inutile de détailler, c`est pas réalisable.
    1. On confine que les faibles du systeme immunitaire (en gros les vieux et les malades chroniques) en laissant les autres acquérir par eux-meme l`immunité. Possible en Hollande et en Suede (peut-etre en Suisse) ou la foule n`a pas l`habitude de piquer des crises d`hystérie. Impossible partout ailleurs ou il se trouverait toujours des politiciens d`opposition pour dire aux foules que le gvt joue a la roulette russe avec leur vie. Bonjour le chaos social.
    3. On dit aux gens de rester chez eux qqs semaines, ce qui ralentira malheureusement la mise en place de l`immunité naturelle mais calmera les foules et apres seulement on dira a ceux qui ont un systeme immunitaire en état de marche (au bas mot les 3/4 de la population) que le danger est passé et qu`ils peuvent sortir. Ils sortiront et acquerront alors l`immunité car, entre-temps et a moins d`un miracle (il y en a parfois), le virus n`aura probablement pas disparu de la circulation.

    Ergo, si on commencait a tester tout le monde et traiter tout de suite les infectés a la maniere du Pr Raould, l`immunité naturelle ne se mettrait pas en place et les soignants ne feraient rien d`autre jusqu`a l`arrivée du vaccin.

  • Quelle indécence!
    Ne parlez pas de guerre des chiffres, quand vous faites allusion aux stratégies gouvernementales mises en place face aux déficiences.

    Soit vous avancez des chiffres sur lesquels vous pouvez vous baser, mais vous ne les avez pas,
    soit vous parlez sérieusement, soit des objectifs des politiques de santé du pays X, soit des motifs qui plongent de facto les statistiques des décès dans les abîmes de l'inconnu, et pour cause.

    Sur ce sujet, vous prouvez ne pas être capable de plus d'honnêteté intellectuelle que ça. De la part de votre parti, les Genevois n'en sont pas surpris.

    Mais faire votre beurre politique sur le dos de la pandémie, vous êtes sûr?

    Creusez votre sujet avant de publier, ou Passez votre chemin.

    Dernier pensum: allez-vous céder et me censurer, comme le fait régulièrement le député Pascal Holenweg surtout en pré-élections?

  • @Divergente Que pourrait bien censurer monsieur Batou dans votre commentaire puisque a part lui sauter a la gorge pour raison d`allergie chronique a tout ce qui vous parait etre de gauche vous n`y dites rien qui puisse faire supposer que vous ayez seulement lu et compris ce qu`il a écrit ?

  • @Jean Jarogh, libre à vous d'interpréter ce qui vous vaut bien.

    Pour ma part, j'ai pour ce sujet fourni un lien quant aux coûts dans mon commentaire.
    Ce lien a été supprimé par Jean Batou, Qui passe à un autre sujet.

    Libre à lui.

  • @ Jean Jarogh

    Vous avez raison de mentionner le blog de Jean-Domnique Michel

    http://jdmichel.blog.tdg.ch/

    qui vient de mettre les pieds dans le plat au sujet de la corruption des politiques par les pharmas. Ce qui se passe actuellement en France au sujet de la "guerre" contre le SARS-CoV2 est une honte dans un pays dit démocratique et qui se comporte comme une vulgaire république bananière.

    Et au HUG, je me demande si on n'est pas confronté au même genre de problème mais à un degré moindre. Le Pr Alexandra Calmy fait la promotion de deux produits, un anti-VIH et un antiretroviral (le liponavir et le retonavir, deux substances combinées) même si elle admet qu'ils ont eux de bons résultats mais dans des études de TRES MAUVAISES QUALITES, DE TRES PETITES TAILLES, par contre lorsqu'elle parle du traitement de l'équipe de l'IHU Méditerranée-Infection dirigée par le Pr Raoult, alors là, que ne faut-il pas entendre sur le traitement à la chloroquine où il n'y a pas du tout d'études, mais tant pis, les Chinois, les Coréens, les Japonais et les Marseillais, leurs traitements comptent pour beurre. Les Australiens se sont aussi lancés dans l'étude du traitement combiné hydroxychloroquine/azithromycine.

    Si vous êtes curieux, comparez les prix des deux traitements, celui du liponavir/retonavir et celui de l'hydroxychloroquine/azithromycine.

  • Tests chinois (payés par qui ?) livrés aux labos espagnols ... marge d'erreur d'au moins 160% ...

    https://elpais.com/sociedad/2020-03-25/los-test-rapidos-de-coronavirus-comprados-en-china-no-funcionan.html

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel