Regard critique - Page 3

  • Sortir du nucléaire et des fossiles en défendant la justice sociale

    Le 6 juin dernier, la chancelière Angela Merkel annonçait la décision de son gouvernement d’abandonner le nucléaire dans un délai de onze ans. La sortie des énergies fossiles est planifiée à des rythmes plus lents : d’ici 2050, 80% de l’électricité pourrait être produite à partir de renouvelables (35% d’ici 2020, 50% d’ici 2030). En y regardant de plus près, le concept adopté vise à renforcer la compétitivité des entreprises d’Outre-Rhin et à maintenir l’emprise des plus grands groupes sur la production, le transport et la distribution de l’électricité.

    Pour ce qui est de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la cible annoncée reste très en-dessous des objectifs du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). De surcroît, ce programme devrait être financé essentiellement par les particuliers, si bien que son caractère nettement antisocial ne pourrait que susciter d’énormes résistances. Il vaut donc la peine de réfléchir à une alternative énergétique d’ensemble, pour sortir du nucléaire et des fossiles, qui défende conjointement le climat et la justice sociale.

    Lire la suite

  • Genève, une démocratie en «liberté surveillée»?

    Les périodes de crise poussent souvent les gouvernements à répondre à la protestation populaire par la restriction des libertés. Même les démocraties représentatives les plus stables et les plus anciennes peuvent céder alors aux sirènes de l’autoritarisme. C'est ainsi que le Grand Conseil de Genève vient d’adopter un projet de loi limitant le droit de manifester.

    Il y 79 ans, six semaines après la fusillade du 9 novembre 1932, qui avait fait 13 morts et une centaine de blessés, la même institution avait déjà tenté de restreindre le droit de réunion et de manifestation. Mal lui en prit, puisqu’elle fut retoquée par le peuple, le 1er octobre 1933.

    Un référendum va être lancé ces prochains jours contre les nouvelles dispositions liberticides édictées par l'actuelle majorité réactionnaire du Grand Conseil. Signons-le massivement pour défendre nos droits.

    Lire la suite

  • L'injustice sociale fait tache d'huile

    Selon une récente étude du syndicat UNIA, les bénéfices déclarés des 41 principales entreprises de Suisse ont crû de 75% en 2010 pour atteindre le chiffre record de 84 milliards de francs. Sans surprise, c’est le secteur des banques et des assurances qui réalise les meilleures affaires. En revanche, les bas salaires n’ont augmenté que de 20 francs par mois en termes réels… et les écarts salariaux se sont creusés.

    Lire la suite

  • La droite spécule sur l'armée

    Pour financer une armée plus "ambitieuse", le Conseil des Etats propose une hausse temporaire de la TVA de 0,4 à 0,5%, ainsi qu'une réduction de dépenses dans les domaines des transports (- 550 millions), de la formation et de la recherche (- 440 millions), de l’économie (- 220 millions) et de l’aide au développement (- 160 millions). Qui dit mieux?

    Lire la suite

  • Genève, un Etat providence pour la finance internationale ?

    Débat ce soir, à 20h.15, à l’Université Ouvrière de Genève (pl. des Grottes), avec la participation d’Olivier Longchamp, chercheur lausannois et responsable « finance » de la Déclaration de Berne. Il va publier un livre sur le commerce des matières premières en Suisse (à paraître en septembre). Org. Bimensuel solidaritéS.

    Lire la suite

  • Bactérie tueuse et concombre masqué

    Depuis le début du mois de mai, une bactérie « tueuse » de la famille Escherichia coli, pathogène pour l'homme, provoque une épidémie d’hémorragie intestinale potentiellement mortelle dans le Nord de l'Allemagne. Elle aurait déjà infecté 3000 personnes en Europe, en particulier des femmes, entraînant la mort d’une vingtaine d’entre elles. D'où vient-elle et comment en venir à bout ?

    Lire la suite

  • Abandon du nucléaire : au-delà des calculs de rentabilité

    La décision du Conseil fédéral de sortir du nucléaire dans 23 ans, sans fixer de date butoir contraignante, n’est pas très audacieuse. Elle a cependant surpris. En effet, avant la catastrophe de Fukushima, la position du lobby électrique semblait s'imposer : construire deux nouvelles centrales nucléaires en Suisse. Pourtant, le choix du Conseil fédéral, en réalité dans le sillage de l’Allemagne (même si celle-ci a annoncé sa décision quelques jours plus tard), n’est pas un geste d'abord politique. Il répond à un calcul économique à moyen terme : positionner la Suisse à l’avant-garde des technologies de pointe dans le domaine des renouvelables. Et si économiesuisse fait mine de faire la moue, de larges secteurs de l’industrie applaudissent cette décision de l’exécutif.

    Lire la suite

  • Non à l’école primaire le mercredi matin

    « La majorité des acteurs sait que l’amélioration des résultats scolaires passe par l’augmentation de la dotation horaire », écrit aujourd’hui David Haeberli dans la Tribune de Genève, plaidant, avec la majorité du Grand conseil, pour l’introduction de cours le mercredi matin à l’école primaire. En réalité, peu de pédagogues pourraient souscrire à un point de vue aussi réducteur, en particulier pour les petits degrés. Bien des études montrent en effet que la qualité de l’enseignement dépend beaucoup plus du nombre d’élèves par classe que de la durée de l’enseignement.

     

    Lire la suite

  • Marchons pour le peuple syrien !

    Demain, samedi 28 mai, à 14h., place des Nations, le collectif Jasmin, le Comité de soutien aux luttes populaires dans le monde arabe et le mouvement solidaritéS, appuyés par de nombreuses organisations, appellent à une grande marche colorée en soutien au peuple syrien, qui lutte depuis plus de deux mois, les mains nues, contre un régime d’inégalité et d’oppression. Elle se terminera à la plaine de Plainpalais, par un lâcher de ballons en hommage aux plus de mille martyrs de ce soulèvement aux mains nues.

    Lire la suite

  • « Démocratie réelle tout de suite ! »

    Aujourd'hui, à de rares exceptions près, c’est toujours le parti au pouvoir qui perd les élections en Europe : la CDU d’Angela Merkel en a fait la cuisante expérience en mars dernier, comme le PSOE de José Luis Zapatero tout récemment. Que ce soit les conservateurs ou les socialistes, ils appliquent en effet les mêmes politiques d’austérité qui visent à faire payer le sauvetage des banques à coup de dizaines de milliards par l’ensemble de la population (salariés, chômeurs, jeunes en formation, retraités, etc.). A défaut d’alternative, on parle d’alternance… Mais de qui se moque-t-on ?

    Lire la suite

  • DSK: le roi est nu

    L’inculpation de Dominique Strauss-Kahn par la justice new-yorkaise pour tentative de viol avec séquestration jette une lumière crue sur les élections présidentielles françaises. Bien entendu, DSK bénéficie de la présomption d’innocence. A ce stade, nul ne peut même exclure qu’il ait été victime d’une machination. En réalité, aucun élément ne permet de se prononcer sur le fond de ce dossier. Le sondage sur sa culpabilité lancé aujourd’hui par la Tribune de Genève est ainsi de fort mauvais goût.

    Lire la suite

  • Mobilité douce? Une évidence

    Nous voilà en pleine confusion. Même une solution de bon sens en matière de transports, de santé publique, de sécurité et de coûts sociaux est contestée par les tenants de la politique de l’autruche, qui ne veulent pas changer d’un iota leurs habitudes. A qui attribuent-ils les problèmes de mobilité ? A celles et ceux qui discutent la primauté absolue de l’automobile.

     

     

     

    Lire la suite

  • Les nouveaux seigneurs de la Suisse

    Il y a trois ans, l’ancien directeur de l’Office statistique du canton de Zurich tirait à boulets rouges sur la « féodalisation de la Suisse ». Aujourd’hui, l’explosion des inégalités confirme son diagnostic.

    Lire la suite

  • UDC et partis bourgeois contre le personnel de vente

    Ce 14 avril, le Conseil national a approuvé une motion du libéral-radical zurichois Markus Hutter, déposée le 25 septembre 2009, demandant que les heures d’ouverture des magasins dans les cantons échappent aux dispositions actuelles de la Loi fédérale sur le travail (Ltr). L’UDC a voté massivement pour. L’ensemble des salariés sont dans le collimateur.

    Lire la suite

  • Un hold-up de 7 à 10 milliards

    En février 2008, les électeurs-trices suisses étaient appelés à se prononcer sur la 2e réforme de l’imposition des entreprises. Celle-ci a été adoptée de justesse par le peuple et est entrée en vigueur le 1er janvier 2011. Contre toute attente, elle devrait faire perdre quelque 1,2 milliard de recettes aux collectivités publiques cette année, et 7 milliards sur dix ans.

    Lire la suite

  • AVS Plus: Les non-dits de l'Union Syndicale Suisse

    Le 1er octobre dernier, une majorité des Chambres rejetait la 2e mouture de la 11e révision de l’AVS (déjà refusée par le peuple en 2004). Face à ce nouvel échec, le Conseil fédéral annonçait le 3 décembre qu’il se donnait l’année 2011 pour négocier un nouveau « compromis » avec les partis et les « partenaires sociaux », et qu’il proposait dans l’immédiat une 11e révision purement « technique ». Le même jour, l’USS rendait public les grandes lignes de son projet AVSplus. Pourtant une question reste dans l'ombre: l'avenir du financement.

    Lire la suite

  • Pour lutter contre l’islamophobie, il faut attaquer le mal à la racine

    Le vote majoritaire des électrices et des électeurs suisses du 29 novembre dernier en faveur de l’initiative anti-minarets est un résultat d’une extrême gravité. Le fait qu’il émane d’une consultation populaire est en effet particulièrement inquiétant, puisqu’elle mesure effectivement la progression de la xénophobie et du racisme parmi nous.

    Lire la suite

  • La LHOM ne passera pas: au centre l'humain!

    Ces prochains jours, le Grand Conseil genevois sera saisi d’un projet de loi de L’Entente (partis bourgeois) en faveur de l’ouverture prolongée des magasins – tous les jours jusqu’à 20h., le samedi jusqu’à 19h., et le dimanche quatre fois par an. Une mesure extrêmement brutale pour les 20 000 salarié-e-s du commerce de détail, mais aussi un appel à la flexibilisation du travail dans tous les autres secteurs… «Au centre l’humain…», clame pourtant le PDC, dont le Conseiller d’Etat Pierre-François Unger est à la manœuvre.

    Lire la suite

  • Annemasse Genève, c'est pas un rêve!

    Le message de la manif de jeudi contre le racisme anti-frontaliers a été reçu 5 sur 5 à Annemasse.

    Un groupe de rap a même composé une chanson sur ce thème...

    " Genève Annemasse tous en masse

    Annemasse Genève, c'est pas un rêve

    Genève Annemasses, c'est là qu'ça s'passe

    Annemasse Genève, la trêve! "

    On peut l'écouter sur:

    http://www.tdg.ch/videos-sons/annemageneve-reve

    Merci à vous...

    Et si on commençait à se défendre ensemble?

     

  • Tous à la place Neuve à 18h. Ensemble nous sommes forts!

    Dans un livre de 2002, intitulé « Sur la frontière », le militant anticolonialiste israélien Michel Warschawski note que « le frontalier est celui dont l’identité se forge dans l’échange, dans une interaction permanente avec ses voisins. C’est une identité plurielle, perméable, métissée. Il vit sur la frontière, mais il n’aime pas les frontières qui sont pour lui un obstacle à franchir, une limite à transgresser ».

    Les habitants de l’agglomération franco-valdo-genevoise sont tous des frontaliers ! Ils sont plus nombreux chaque jour à franchir les frontières du canton de Genève, que celui-ci ne compte de résidents ! Un tiers vient des communes vaudoises limitrophes, deux tiers de la Haute-Savoie et de l’Ain. Près de 30’000 Suisses résident aussi en France voisine ; les Français établis à Genève sont moins nombreux.

    Mais il n’y a pas que des Suisses et des Français à habiter et à travailler dans l’agglomération. Cette frontière en cache bien d’autres, qui multiplient les statuts des salariés à l’infini : celle qui sépare les ressortissants de l’UE et assimilés des non Européens ; les permis de longue durée des permis de courte durée ; les bénéficiaires d’un statut légal des autres ; les salariés en emploi des chômeurs et des précaires, etc.

    Nous l’avons rappelé : frontalier vient du provençal « frountalié », qui signifie voisin. Nous habitons la même maison, le même quartier, la même agglomération ! Nous partageons les mêmes problèmes : le dumping salarial, la précarité, le chômage ; les transports publics sous-développés, les embouteillages et la pollution ; la spéculation immobilière et l’insuffisance de logements bon marché de qualité ; le démantèlement de la protection sociale et des services publics, notamment les hôpitaux et la Poste, etc.

    Nous refusons de nous soumettre aux intérêts de ceux qui détiennent l’essentiel des richesses des deux côtés de la frontière et spéculent sur notre travail, nos logements et nos vies ! Nous refusons de nous laisser monter les uns contre les autres par une extrême droite populiste qui ne vise qu’à nous diviser ! Nous refusons la construction d’un nouveau Mur, un mur de haine, au cœur de notre agglomération, qui dresserait les habitants et les salariés les uns contre les autres ! Le monde en compte déjà assez !

    C’est pourquoi nous appelons l’ensemble des travailleurs, des usagers des services publics, des locataires, des habitants, femmes et hommes, de toute la région, à lutter ensemble contre les inégalités :

    1.     A travail égal, salaire égal ! Pour un salaire minimum légal en Suisse et une revalorisation du SMIG en France !

    2.     Non aux licenciements, en particulier dans les entreprises qui font des bénéfices ; non aux fermetures et aux délocalisations par-dessus les frontières !

    3.     Pour la création d’emplois publics qui répondent aux besoins sociaux et écologiques de la région (hôpitaux, enseignement, services postaux, isolation des bâtiments, etc.).

    4.     Pour un réseau de transports publics efficace et non polluant permettant une réduction massive du trafic motorisé privé à l’échelle de toute l’agglomération !

    5.     Pour une politique d’aménagement du territoire visant la construction de logements bon marché de qualité et qui permette de rapprocher chacun de son lieu de travail.

    6.     Pour une politique culturelle populaire qui favorise les échanges et les complicités à l’échelle de toute l’agglomération.

    Cette manifestation est une première. Elle entend réagir aux provocations haineuses du MCG et de l’UDC. Mais elle propose aussi de construire ensemble, des deux côtés de la frontière, des réponses communes à la crise et aux politiques antisociales de nos autorités.

    Nous sommes tous et toutes des frontaliers, retraités, travailleurs, usagers des services publics, jeunes en formation !

    Contre la xénophobie et racisme qui nous divisent, défendons nos intérêts pour construire ensemble notre destin commun !