01/06/2011

Abandon du nucléaire : au-delà des calculs de rentabilité

La décision du Conseil fédéral de sortir du nucléaire dans 23 ans, sans fixer de date butoir contraignante, n’est pas très audacieuse. Elle a cependant surpris. En effet, avant la catastrophe de Fukushima, la position du lobby électrique semblait s'imposer : construire deux nouvelles centrales nucléaires en Suisse. Pourtant, le choix du Conseil fédéral, en réalité dans le sillage de l’Allemagne (même si celle-ci a annoncé sa décision quelques jours plus tard), n’est pas un geste d'abord politique. Il répond à un calcul économique à moyen terme : positionner la Suisse à l’avant-garde des technologies de pointe dans le domaine des renouvelables. Et si économiesuisse fait mine de faire la moue, de larges secteurs de l’industrie applaudissent cette décision de l’exécutif.

Lire la suite