07/10/2009

Fallait-il publier le brûlot raciste de l'UDC?

Je ne suis favorable à l'interdiction de la diffusion d'opinions franchement racistes et haineuses qu'en dernier recours. Mais cela n'implique pas pour autant qu'il faille adopter une attitude de laisser faire. Au contraire, tout doit être mis en oeuvre pour les combattre, les isoler et les marginaliser, ne serait-ce que parce qu'elles blessent les personnes ciblées et peuvent même inciter certains individus racistes à des comportements violents... 
Par exemple, il me paraît juste de refuser d'exposer cette propagande sur des supports qui dépendent directement des pouvoirs publics. Il me semble donc légitime qu'une commune ou un canton n'accepte pas le collage d'une affiche raciste sur des panneaux réservés. Le même raisonnement vaut pour des entreprises subventionnées, comme les TPG, etc.
A Bâle, les autorités ont ainsi refusé l'affiche des partisans de l'initiative anti-minarets, qu'ils devront apposer sur des emplacement privés nettement plus chers. Tant mieux! Les contribuables bâlois n'ont pas à subventionner une campagne raciste. J'espère que Genève et Lausanne en feront de même! Il faudra pourtant continuer à dénoncer cette affiche et, qui sait, certains d'entre nous ne résisteront pas à l'envie de la caviarder...
Dans ce sens, la rédaction d'un quotidien attaché aux valeurs démocratiques devrait aussi, me semble-t-il, refuser d'ouvrir ses colonnes, même contre paiement, à une propagande nauséabonde, comme celle publiée par l'UDC contre la soi-disant "racaille d'Annemasse". Dans cette affaire, la décision du rédacteur-en-chef de la TdG me paraît donc indéfendable. Les abonnés et les lecteurs de la TdG ne veulent pas manger de ce pain-là, et ils-elles sont nombreux aujourd'hui à le faire savoir haut et fort.
Le fait qu'une collectivité publique, une grande régie, un quotidien, etc. refusent de prêter la main à une campagne raciste visant directement, respectivement une partie de ses habitants, de ses travailleurs ou lecteurs... en fonction de la couleur de leur peau, de leur religion, de leur orientation sexuelle, me paraît tout à fait légitime: il témoigne seulement de l'engagement quotidien que l'on est en droit d'attendre d'eux pour la défense des droits humains.

13:44 Publié dans Genève | Tags : racisme, frontaliers, udc | Lien permanent | Commentaires (9)

05/10/2009

Racisme anti-frontaliers, ça suffit! Manifestons le 8 octobre...

L'UDC tremble pour son quorum, cela ne peut que nous réjouir!

Jusqu'ici, le parti de Blocher l'avait joué plutôt "bon chic bon genre"... pour séduire l'Entente et rompre avec son image raciste la plus nauséabonde. Le but de l'UDC n'est-il pas avant tout de bétonner les politiques antisociales les plus extrêmes... 

Mais les masques sont tombés: la campagne du MCG, qui menace aujourd'hui de capter son électorat, pousse les partisans d'Yves Nydegger à la surenchère clairement fascisante... 

Ne nous laissons pas manipuler par ces jusqu'au-boutistes de la haine!

Pas une voix pour l'UDC et le MCG! La racaille, c'est eux!

Toutes et tous à la Place Neuve pour manifester contre le racisme anti-frontaliers, le 8 octobre à 18h. Nous marcherons en direction de la Gare des Eaux-Vives, trait d'union entre Genève et les communes françaises frontalières de Haute-Savoie.

Cette manifestation est soutenue par solidaritéS, la Communauté genevoise d'action syndicale (CGAS), UNIA, le Cartel intersyndical de la fonction publique, le SSP-VPOD, la Société Pédagogique Genevoise (SPG), le Syndicat interprofessionnel des travailleurs (SIT), le Groupement transfrontalier européen, le Parti du Travail (PdT), le Parti socialiste (PSG), Acor-SOS Racisme, le Centre de contact Suisses-Immigrés (CCSI), Mesemrom, NPA-74, United Black Sheep (UBS), MPS... et la liste n'est pas close.

14:32 Publié dans Genève | Tags : racisme, udc, mcg, frontaliers | Lien permanent | Commentaires (10)