http://www.xiti.com/xiti.asp?s=611043

LE CONSEIL D'ÉTAT À CÔTÉ DE LA PLAQUE

Depuis une semaine, à Genève, 1 décès sur 5 est dû à COVID-19 (2 décès sur 5 hier, le 26 mars). Au Tessin, durant cette même semaine, 5 décès sur 6 sont dus à COVID-19. Ces chiffres montrent que la surmortalité liée à la pandémie est en train d’exploser dans les cantons suisses les plus touchés. Genève arrive aujourd’hui en deuxième position, par rapport à sa population, devant le canton de Vaud. Ensemble, ces trois cantons latins comptent pour 56% des 197 décès rapportés aujourd’hui (27 mars, à midi) à l’échelon national.

Et pourtant, le Conseil d'État genevois s’entête à maintenir le 2tour des Municipales ce 5 avril, sans doute au pic de la pandémie, alors qu’un report de 2 à 3 mois n’aurait pratiquement rien changé au fonctionnement des institutions. En revanche, il aurait garanti le maintien d’une campagne électorale démocratique, évitant que les partis les plus fortunés puissent publier des pleines pages de publicité dans les journaux, comme le PLR, dans la Tribune de Genève de ce 23 mars, alors que les partis les plus populaires se voient privés d’une campagne militante de rue.

Par ailleurs, comme il fallait s’y attendre, l’organisation de cette élection débouche sur la cacophonie la plus complète : les indications portées sur le matériel de vote sont en contradiction avec les arrêtés du Conseil d’État, risquant d’induire nombre d’électeurs·trices en erreur ; des consignes distinctes, envoyées par le Service des votations, arrivent pêle-mêle avant ou après le matériel de vote ; personne ne sait plus à quel saint se vouer, sans compter les personnes les plus fragiles qui ne relèvent plus leur boîtes aux lettres.

Capture d’écran 2020-03-27 à 12.44.49.png

Et voilà qu’on apprend ce matin que le Conseil d’État a décidé de rouvrir les chantiers, par peur de ne pas respecter à la lettre les recommandations de Berne, alors qu’un peu de clairvoyance et de courage aurait dû l’amener à maintenir cette fermeture et à convier les deux autres cantons les plus touchés par COVID-19 à exiger la suspension de toutes les activités économiques non essentielles à l’échelon national. En effet, le Tessin n’a qu’une semaine d’avance sur Genève et Vaud pour ce qui est de la létalité de l’épidémie, tandis que ces deux cantons romands n’ont qu’une semaine d’avance sur le reste de la Suisse. Doit-on se préparer à un scénario à l’italienne ?

Il appartient donc désormais à la société civile de se manifester pour demander aux autorités qu’elles agissent dans l’intérêt de la grande majorité de la population, et non des intérêts économiques de quelques coteries bien représentées dans les coulisses des différents conseils d’État et de la Berne fédérale. Exigeons la fermeture immédiate des activités non essentielles aux soins, à l’approvisionnement et à la sécurité de la population !

Commentaires

  • Quant aux morts, je vous félicite de la mise en perspective. On en est à +1 en Suisse et + 2 à Genève. Ou si vous préférez à 366 + 1 en suisse et 366 + 2 à Genève. En 2020 on enregistre, à ce jour, une journée de mort de plus qu'à l'habitude et deux jours de plus à Genève.

    Enfin, ce qu'il convient de fermer c'est ce qui est dangereux pour les travailleuses et travailleurs. Pas ce qui est à nos yeux n'est pas de première nécessité. Mais ce qui est dangereux. Car fermer ce qui n'est pas dangereux et n'est pas nécessaire c'est inutilement empêcher la production de richesse, laquelle production est nécessaire pour pouvoir soutenir dans le futur le système sanitaire, scolaire, etc... et ne pas engendre misère et désolation comme en 1929. C'est d'ailleurs, comme le remarque le FMI, la voie que l'on prend. Et cela tuera beaucoup plus que la pandémie. Les morts indirects par un arrêt productif est en passe de tuer plus que la pandémie. Et pas les riches, bien entendu. Quant à la planche à billet, qui n'était pas à la mode en 1929, elle ne servira rien d'autre qu'à ajouter du malheur au malheur en provoquant une hyper-inflation.

    Pas de vacances au boulot ! (danger mis à part)

Les commentaires sont fermés.