http://www.xiti.com/xiti.asp?s=611043

CHRONIQUE D’UNE CATASTROPHE ANNONCÉE

Le 31 décembre dernier, après un mois et demi de déni et de tergiversations (le premier malade avait été signalé le 17 novembre), la Chine informe l’OMS de l’apparition d’un nouveau virus, dont la létalité et la contagiosité vont être rapidement démontrées. Le 23 janvier, elle décide de couper la ville de Wuhan (11 millions d’habitants) du reste du pays, perturbant du même coup de nombreuses chaînes de production mondialisées. Les responsables occidentaux assistent alors sans le comprendre au premier acte d’une pandémie globale.

Alors que la Corée du Sud, le Japon et Taïwan prennent des mesures rapides pour contenir la diffusion de la maladie, les prévisionnistes européens et états-uniens s’inquiètent avant tout des effets du shutdownchinois sur l’économie globale. Le 13 février, le FMI craint la propagation du virus… dans des régions manquant des infrastructures sanitaires indispensables. Les 22-23 février, la rencontre des ministres des finances du G20 à Ryad ne s’intéresse pas au Covid-19.

Capture d’écran 2020-04-20 à 10.54.12.pngC’est à ce moment que l’Europe bascule dans le cauchemar : la politique de confinement de l’épidémie vient clairement d’échouer en Italie : la Péninsule déplore son premier mort le 21 février, alors que le Covid-19 s’est installé à Milan. L’une des économies les plus fragiles de la zone euro est désormais touchée au cœur. Les marchés tremblent : les principaux indices boursiers et les cours du pétrole entament leur descente aux enfers. Pourtant, l’Allemagne, l’Autriche et la Hollande refusent un plan d’action concerté visant à mutualiser les nouvelles dettes publiques liées à Covid-19 par l’émission de « corona bonds ». Sur le plan sanitaire, c’est le chacun pour soi : si l’Europe avait été capable d’imiter la Chine, elle aurait mis 15 000 soignants à disposition de l’Italie et les choses auraient pu évoluer très différemment, note Adam Tooze dans la London Review of Booksdu 16 avril.

Aux États-Unis, la réponse des autorités prend plus de temps encore. Donal Trump ne veut pas entendre parler du virus, qu’il considère comme une obsession de la Chine et du parti démocrate. De surcroît, les autorités sanitaires perdent un temps précieux avant de disposer d’un test efficace. Aujourd’hui, la catastrophe sanitaire progresse de front avec la catastrophe économique : après un mois de confinement, le pays compte officiellement plus de 40 000 morts et plus de 22 millions de chômeurs (jusqu’à 20% de la force de travail, selon certains économistes).

Les banques centrales ont certes ouvert le robinet du crédit plus énergiquement encore qu’en 2008 pour ralentir la spirale de la récession (recul pronostiqué de 6% du PIB français au premier semestre 2020), alors que les mesures de confinement s’efforçaient de freiner la spirale de la pandémie. La stratégie asiatique dite « du marteau et de la danse » a été ainsi imitée avec retard, nécessitant pour cela des mesures beaucoup plus coûteuses afin de briser la progression exponentielle de la maladie, au prix de dizaines de milliers de morts inutiles.

Aujourd’hui, un sondage Tamedia publié par la Tribune de Genève indique que les Suisses sont plutôt satisfaits de la politique menée par le Conseil Fédéral. Avec 1400 morts, nous sommes au milieu du peloton européen (en proportion de notre population), mieux placés que la Belgique, l’Espagne, l’Italie, la France, le Royaume-Uni et la Hollande, mais moins bien que l’Allemagne, l’Autriche et les pays scandinaves. Nous sommes cependant très loin derrière les performances du Japon, de Taïwan ou de la Corée du Sud. Vraiment pas de quoi pavoiser, pour l’un des pays les plus riches du monde.

Commentaires

  • Bonjour Jean,
    merci de t'attacher à comprendre. comme je m'y efforce dans mon coin, la situation de la pandémie et l'évaluation des mesures de protection que prennent les autorités politiques et sanitaires.
    Je partage ton diagnostic très sévère pour l'impréparation suisse, française et plus largement européenne, Italie, Espagne, Belgique et Royaume-Uni, avec des nuances diverses pour l'Europe du Nord, l'Allemagne et l'Autriche. Il est cependant deux points qui me semblent négligés.

    - La juste critique de la priorité donnée à la reprise du travail par rapport à la protection sanitaire des populations et en particulier les plus exposées ne doit pas conduire à exiger sans discernement le renforcement du confinement aveugle en se satisfaisant de l'excuse de la pénurie pour le cibler sur les testés positifs. Quelles mesures sont prises pour compenser les diverses pénuries handicapant ce ciblage (essentiellement les tests virologiques) ?

    - La continuelle insistance des autorités sur l'absence de traitement vérifiable accompagnée du blocage légal de la prescription ambulatoire du "cocktail Raoult" (HCQ+AZ) dans l'attente de nombreux essais cliniques au long cours, ayant fait perdre bientôt un mois, et où on se refuse à donner des échéances, résiste-t-elle à l'examen d'une pression intéressée de l'industrie pharmaceutique ? Ce traitement est hypocritement appliqué par les hôpitaux tout en interdisant son emploi plus général et au moins sur les testés positifs. Tout indique à mon avis qu'il permettrait de raccourcir la durée de contagiosité de ces derniers, en faisant tomber rapidement la charge virale, et ce qui est plus contesté, de prévenir les complications ultérieures. Ce sont deux facteurs clé du déconfinement.

    Merci de dire ce que tu penses de ces arguments.

  • Cher Monsieur, je vous signale que Trump a interdit l’arrivée des vols venant de Chine dès le 31 janvier, Trump aurait voulu procéder sur un mode sud-coréen : dépistage massif, confinement limite aux personnes testées positives, traitement des malades, isolement des personnes à risques. Il n’a pas pu car le Center for Disease Control a fourni des tests défectueux qui ont dû être remplacés, et qui le sont. Cela a malheureusement provoqué un retard très dommageable, qui n’est pas de la responsabilité de Trump.Par ailleurs, Le directeur général de l’OMS a fermé les yeux sur les cachotteries de la Chine (voir les liens https://www.redstate.com/elizabeth-vaughn/2020/03/20/803121/
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1640621/epidemie-infections-maladie-chine-contamination-sante
    https://thehill.com/opinion/international/487851-china-and-the-whos-chief-hold-them-both-accountable-for-pandemic

    Bonne journée

  • Des études récentes en provenance d'Islande, Corée du Sud, Allemagne et Danemark suggèrent un taux de mortalité directement imputable au Covid 19 entre 0,1 et 0,4%, vingt fois inférieur aux estimations de l'OMS. Dans la plupart des pays aucune autopsie n'est effectuée pour connaître la ou les causes de mortalité. Lettre ouverte à l'intention de la Chancelière allemande de la part du microbiologiste professeur Sucharit Bhakadi du 26 mars dernier au sujet des mesure de confinement en violation de la Constitution, à consulter sur le site de Swiss Propaganda Research ou youtube. Nous y arrivons gentiment dans ce pays également.

  • N`auriez-vous pas un a-priori systématique contre les autorités helvétiques ? A-moins que vous n`utilisiez la critique systématique comme tremplin pour une carriere politique ? Vous vivez dans une magnifique démocratie ou le niveau de vie est de plus tres élevé, vous en rendez-vous seulement compte ? J`ai déja constaté que vous aviez tendance a ne pas publier les commentaires qui vous déplaisent, peut-etre ferez-vous un effort cette fois d`etre vous-meme pleinement démocratique.

Les commentaires sont fermés.